In Memoriam, Ti Manno

Posté par elizepierre le 30 juin 2011

D’aussi loin que peuvent remonter les souvenirs, l’on ne saurait jeter dans l’oubliette ces deux grandes figures de proue qui ont marqué d’une pierre blanche, l’histoire de la Musique Populaire Haitienne, à leur maniere, l’un est décédé le jour meme où l’on enterrait l’autre. A 24 ans de la disparition des deux JEAN-BAPTISTE, le souvenir de Nemours et d’Antoine Rossini (Ti Manno) tenaille la mémoire des mélomanes.

L’immortel Ti Manno!

Un artiste à la voix retentissante, au style unique et au talent exceptionnel, autant dire pour qualifier l’auteur, l’interprète et le compositeur, Antoine Rossini Jean Baptiste, né Emmanuel Jean Baptiste et plus connu sous le nom de Ti Manno qui représentait au cours des années 70- 80, une véritable force dans la société haïtienne pour avoir contribué à la formation des jeunes de l’époque en ne cessant de véhiculer des messages très forts à travers des textes bien écrits pouvant les inciter à prendre conscience de la réalité du milieu lequel ils évoluent.

Dans cette meme perspective, Gerard Merceron eut à écrire au sujet de Ti Manno :

« Il faut souligner le contenu de ses textes, le message social de protestation contre les tares de la société haïtienne écrasée par la cupidité insatiable de toute une vaste catégorie de profiteurs souvent issus de la meme classe que leurs victimes. Le petit peuple a fait de Ti Manno le porte-parole de ses revendications. Chaque génération a besoin de héros. Celle- ci en a trouvé un dans la personne de ce chanteur, compositeur dont la prosodie si naturelle est mise au service d’un plaidoyer d’autant plus efficace qu’il tire sa force de la plus universelle des vitamines musicales. Le rythme nègre souverain ».

Pour sa part, Monise Cadet, Gonaivienne comme lui et mélomane bien averti, considère Ti Manno comme une figure emblématique de la Musique Haitienne qui a marqué la génération des années 70-80 par le truchement de toute une série de compositions socialement engagées et surtout qui a su défendre opiniatrement la Nation Haitienne, contre les mauvaises presses, les campagnes de dénigrement ayant fait croire que le sida (4H-ci devant) est d’origine haitienne. Elle estime qu’un travail en profondeur doit etre fait par le ministre de la culture et de la communication au sujet des musiciens ayant marqué le paysage musical haitien à un moment donné. L’étudiante en psychologie et en communication pense qu’il s’avère important de créer un musée d’art et une place publique en honneur des Artistes Haitiens dont Ti Manno, Nemours, Coupe Cloue, Ansy Derose, etc…

Né à la cité de l’indépendance (Gonaives) en juin 1953, Ti Manno chante, dès son adolescence soit à l’age de 14 ans, dans différents « Mini Jazz » dont le groupe SuperStar. Dans le but de poursuivre ses études classiques, il émigre à Port-au-Prince, où il intègre le Shupa Shupa et les Fantaisistes de Carrefour. Suite à maintes tentatives vaines d’intégrer les Ambassadeurs, le chanteur de « Maryaj Entere » dut retourner au bercail.

Au commencement des années 70, Ti Manno fait partie intégrante des Diables du Rythme de Saint-Marc. C’est avec cette formation musicale qu’il s’envolera pour le Canada et les Etats-Unis, où il décide de rester.

A New york, il reprend le micro avec le groupe Shupa Shupa reformé, puis intègre l’orchestre VOLO VOLO de Boston. Quelques années plus tard, cette formation musicale se rendra en tournée en Haiti, mais quittera le sol national sans leur interprète phare, Ti Manno.

Le chanteur de «Lajan», partira s’installer à New York par la suite et rejoindra les rangs de la formation Astros, laquelle aventure qui n’allait pas perdurer. A la suite d’une tournée antillaise avec son groupe, en contravention avec les autorités consulaires américaines, Antoine Rossini Jean Baptiste se voit contraint de revenir en Haiti. L’épisode D. P. Express débutera peu de temps après.

Ce qui fait le malheur de l’un fait le bonheur de l’autre. Ainsi, le retrait du chanteur de D.P. Express, Hervé Bléus, pour cause de maladie, joue en faveur de l’intégration de Ti Manno à la dite formation musicale, au sein de laquelle, il initie un style nouveau et un rythme teinté de nouveauté. Malgré le succès fou de l’album « David » qui garde jusqu’à date sa fraicheur, au bout de ces deux années passées au sein de D. P. Express, Ti Manno décide tout bonnement de fonder son propre groupe : Gemini All Stars en 1981.

En 1984, sa santé chancelante l’oblige àlaisser le pays pour retourner au pays de l’Oncle Sam, en dépit de sa popularité croissante en Haiti. N’ayant pas de ses nouvelles depuis belle lurette, un groupe de personnalités lance un mouvement baptisé «Operasyon Chache Ti Manno». On finit par retrouver sa trace. Mais son état de santé ne fait qu’empirer. Les jours qui suivent allaient accoucher un mouvement de grande ampleur tant en Haiti qu’en diaspora «Operasyon men Kontre » afin de recuellir des fonds suffisants pour son traitement. Malgré tous ces efforts, il s’éteint prématurement à l’Hopital St Lucke à Manhattan un 13 mai 1985, amaigri par un mal incurable. C’est tout ce qu’on peut dire au sujet de la cause de sa mort qui n’a jamais été officiellement divulguée.

Ses funérailles ont été chantées sous une pluie de chants et de trompette. Ses obsèques se sont tenues à l’église St Mathen, Brooklyn. Antoine Rossini « Ti Manno » Jean Baptiste repose depuis au cimetière de Cavalry (Section 10 plot Block 97 tombe 17) dans le quartier de Queens à New York.

Texte de Elizé PIERRE
pize85@yahoo.fr
(509) 3 737 55 18

2 Réponses à “In Memoriam, Ti Manno”

  1. Sdfi,Distributeur industrielle, dit :

    It is perfect time to make a few plans for the long run and it’s time to be happy. I’ve learn this put up and if I may I wish to counsel you few interesting things or tips. Maybe you can write next articles relating to this article. I desire to learn even more issues approximately it!

  2. elizepierre dit :

    oke, Do u speak french?

Laisser un commentaire

 

unsa-cprpsncf |
Parti Libéral Tunisien |
maestre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ide Identitaire
| Convergences pour Draveil
| S.O.S Faso