Le phénomène Azor et Racine Mapou

Posté par elizepierre le 30 juin 2011

« J’ai le tambour dans l’âme et la musique dans les entrailles » nous a déclaré Azor de son vrai nom Léonard Fortuné avec fierté ».

En effet, toujours plein d’allant et très jovial, cet artiste haïtien, natif natal de renommée nationale et internationale est né et a grandi
dans un environnement où la musique régnait en maîtresse. Son père, sa mère, son frère et une très chère tante s’y donnaient å fond.

Ils formèrent d’eux seul leur propre groupe. Dès l’âge de douze (12 ans), Azor était considéré dans son milieu (confins de l’actuel delmas 2, Bel-air) comme une virtuose au tambour. A cette même époque, il exerçait aussi le chant. Mais le tambour était vraiment et est toujours son dada. Il caressait le rêve de devenir célèbre par la maîtrise de cet instrument que les  » bonnes familles haïtiennes » dédegnaient ainsi que ceux-là qui en nuaient. Au lieu de maître bas les armes, cela l’avait plutôt aguerri. C’est ainsi qu’il a pu cueillir bien de lauriers et continue encore d’en cueillir.

Les dix années consécutives qu’il a passées par la suite au sein de la troupe folklorique Bacoulou lui ont donné certainement de l’envergure.
Et ses tournées à l’extérieur qui l’ont conduit soit en Italie, en France, en Allemagne, å New York, en Colombie, en guyanne, ont toujours couronnés de succès. Dans cette même foulée, il a aussi effectué un petit tour en Afrique avec l’artiste Boulot VALCOURT.

A un certain moment de la durée, deux des groupes compas, Shupalu combo, SS- one qui tenaient le haut du pavé à l’époque, ont pu bénéficier du service de ce roi du tambour.

Le chanteur Samba

Le grand public a pu découvrir et apprécier en lui son talent de chanteur, de samba, à partir de sa rencontre avec Wawa. Les deux hommes ont pu former un duo remarquable dans l’exécution de chants folkloriques haïtiens. Leur premier album « Erzulie je rouj » fut un succès fou. C’étais donc le bébut des beaux jours de Racine Kanga de Wawa et de Azor. Faut-il rappeler que bien avant qu’Azor contribua à la formation de Racine vèvè et de Zobop qui malheureusement ne firent pas long feu? (Passons!)

Au fil du temps les deux compères ont fini par se séparer: d’un coté Wawa a fait cavalier seul avec sa Racine Kanga et de l’autre coté Azor avec son Racine Mapou qu’il fonde avec son frère Tinonm, et qui compte un effectif de 16 membres environs. Cependant, nous explique Léonard Fortuné alias Azor, cet effectif peut-être réduit å dix ou å 9 personnes, quand le groupe doit effectuer des tournées å l’étranger. Est-elle obligatoire cette réduction? « Si cela dépendait de moi, je m’embarquerais à chaque tournée internationale avec tout le monde sans exception, car tout un chacun au sein du groupe vaut son pesant d’or. Cependant les promoteurs décident autrement… »

L’infatigable

Avec son groupe racine Mapou, Azor a fait sortir déjà bon nombre de disques sous différents labels. D’autre part, de concert avec les Eddy Prophète, Joël Faustin et encore Boulot Valcourt, sont sortis des disques en souvenir d’une tournée au Japon. Ne revenons pas sur son passage a Racine Kanga où il partageait la direction musicale de ce groupe avec Wawa. Tous les opus parus portaient son empreinte, même si des fois son nom ne figurait pas sur tel ou tel autre album.

Quant au carnaval haïtien, il se fait un point d’honneur d’y participer toujours. Depuis l’âge de quinze ans, s’en souvient-il, il y prend une part active en enfourchant son tambour dans les groupes à pied. Et depuis, d’une manière ou d’une autre, il est constamment au rendez-vous. Particulièrement pendant les quinze dernière années (1994-2009), son groupe racine Mapou est régulièrement retenu pour participer durant les trois jours gras au défilé traditionnel.

Ses compositions carnavalesques sont porteuses de message patriotique. Qui peut jeter dans l’oubliette sa meringue carnavalesque de 2003 qui était considérée comme un hymne à paix et à la fraternité. Il est temps, pense t-il, qu’on se mette ensemble sans distinction de classe sociale, d’idéologie politique pour qu’haiti aille enfin de l’avant. Il est grand temps pour nous autres haïtiens d’en finir avec les zizanies, souhaite-t-il toujours dans ses textes ardemment.

Qu’il en soit ainsi Azor! l’ambassadeur de notre folklore!

Texte de Elizé PIERRE
pize85@yahoo.fr
(509) 3 737 55 18

Laisser un commentaire

 

unsa-cprpsncf |
Parti Libéral Tunisien |
maestre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ide Identitaire
| Convergences pour Draveil
| S.O.S Faso